Toutes nos confessions:

Bennett dans la douche
Le cadeau d'Isabelle
La leçon d'equitation
L'héritage de mon cousin
A 32 ans
Jenny Latina
Enfin les vacances
Invitee a boire un verre
Societe de publicite
Experience lesbienne
Nuit spéciale
Les livres erotiques
Les obeses
Olivia la diablesse
Les vacances de Pamela
La cabine d'essayage
Le concert de hard
Le coup de la panne
Je suis gay et j'en suis fier
Secretaire perverse
La nuit de noce
L'escalier en queuelimasson
Couple ch H seul, le casting
La nympho des temps modernes
Un vol plutôt inattendu
Une partie de flipper
Ma femme et moi
Ma plus grande passion
Bouffe et sexe, quel melange
Pietinage par talons aiguilles
Plus loin, plus fort
Mon sejour en Floride

Confession intime - Nuit spéciale...




Mes expériences ratées sur le net ne me font pas renoncer à continuer mes rencontres. Inscrite à de multiples sites spécialisés, je n'hésite plus à sortir avec des internautes.

Le mois de février est assez propice aux rendez-vous. En effet, la St Valentin est un excellent prétexte pour lier connaissance. Déjà, j'avais réussi à me créer un petit cercle de " prétendants " potentiels : quelques verres, des dîners, quelques baisers…

Comme chaque semaine, je reçus la liste des nouveaux participants des communautés dans lesquelles je suis inscrite. Je m'amusais à éplucher leur profil : blond, brun…célibataire, la trentaine…
Un, en particulier, m'a alors interpellé : un commercial de 37 ans, vivant dans le Nord. Il avait l'air drôle et il était mignon.
Je décidai donc de lui envoyer un mail, le style de mail assez bref mais qui invite à la conversation. Quelques jours après, il me répondit qu'il préférait discuter en face en face que par l'intermédiaire d'une boîte mail. Pourquoi pas…On décida de se voir un samedi en fin d'après-midi dans un café. Il devait passer sur Paris pour le boulot.

Le jour J, quand je suis arrivée, il était déjà installé au fin fond de la brasserie. Nous avons commandé un chocolat chaud. La discussion fut rapidement fluide et facile. Comme je l'avais espéré, il était plein d'humour et ses yeux bleus pétillaient. Après plus de deux heures de conversation, il me proposa d'aller se balader dans le parc du quartier. Cette promenade fut presque romantique. Il me prit par le bras…un véritable petit couple.
La soirée a continué par un resto…agréable à son tour. Après une discussion des plus intéressante, il me prit la main :
" Cette journée a été pour moi plus qu'agréable. Cependant… (Plein d'idées auraient pu finir sa phrase…).
- Mais…, lui répondis-je.
- Laisse-moi finir. Je ne cherche pas une relation à long terme pour l'instant. Pourtant, j'aimerais que l'on passe la nuit ensemble… "

C'était direct : pas de long terme, juste les bons moments.



Je ne répondis pas à sa proposition et enchaînai sur un autre sujet. Il n'insista pas. Le repas fini, nous avons continué notre soirée ans les rues éclairées de la capitale. Le froid humide commençait à me glacer le sang. Puis dans un enlacement, je lui demandai dans quel hôtel il était descendu.
Avec un long sourire, il me prit la main pour me conduire à sa voiture. Durant le court trajet, sa main posée sur mon genou cherchait à remonter jusqu'à mon entrecuisse.

Nous sommes arrivés dans un hôtel à la périphérie. Grand luxe, la chambre était grande, décorée de façon moderne : un grand lit, un coin salon…un véritable appartement.
" Met-toi à l'aise ! " Il appela le service d'étage pendant que je me remaquillais dans la salle de bain. Quand je réapparus, il était assis sur le canapé avec deux verres à la main de Champagne. Nous avons trinqué à la soirée.

Les verres encore plein, il se mit à genou devant moi et commença par enlever mes bottes, en me caressant les chevilles puis les mollets. Ses mains étaient douces et chaudes. Il déboutonna mon pantalon et le fit glisser jusque sur le sol.
Toujours accroupi, il ôta sa chemise en se penchant vers moi. Il se mit à embrasser centimètre par centimètre mon épiderme qui frissonnait d'excitation. Je sentais monter en moi l'envie d'être caresser, toucher…et plus encore. Ses mains glissaient sur ma peau pour arriver sur mes seins. Il les saisit à pleine main, les malaxait puis les pressait. J'enlevais mon haut puis détacha mon soutien-gorge pour sentir ses doigts se serrer sur ma poitrine. Alors sa bouche chaude et humide avalait presque mes mamelons tout irisés de plaisir. Sa langue jouait à les faire tourner, à chatouiller l'extrémité.
Il attrapa mes hanches et me fit glisser sur ses jambes. J'ouvris son pantalon, qu'il m'aida à descendre à mi-cuisse. Il libéra ainsi sa verge déjà bien droite. Je la pris d'une main pour la caresser. Je la pressais dans un mouvement de va-et-vient pendant que ma bouche se promenait dur son gland. Ma langue se faufilait dans l'ouverture pour essayer d'en extraire quelques gouttes de jouissance. Ses mains me serraient.
Au bout de quelques minutes, il me souleva pour me placer juste au-dessus de son sexe dur et gonflé. J'écartais mes jambes et mon string humide pour qu'il puisse me pénétrer. Il saisit mes hanches pour s'enfoncer jusqu'au fond. D'un geste sec, il souleva son bassin pour entrer intégralement sa verge. Les premiers soupirs de plaisir s'écoulaient de ma gorge.

Puis les allers/retours débutèrent. Mes fesses montaient et descendaient au rythme que ses mains m'imposaient. Une de ses mains libérée se mit à caresser mon anus, essayant d'y introduire un doigt. La minute d'après, je le sentis me repousser. Il me demanda alors de me retourner. Les fesses tournées vers lui, je me rassis sur ses cuisses. Il attrapa sa verge pour l'enfoncer sauvagement. De la même manière, il accumulait les entrées et les sorties brutales. Le rythme s'accélérait. Tandis qu'il me pénétrait par l'arrière, ses doigts cherchaient mon clitoris. Il le titillait, le faisait rouler entre son pouce et son index. Dès les premières coulées de délectation, il y plongea deux de ses doigts. Il les entrait et les sortait à des rythmes variés…puis il les faisait tournoyer, chatouillant les parois de mon vagin. Sa main me pénétrait de plus en plus profondément.



Après quelques minutes de ce délice vaginal, il me poussa contre le canapé. A genoux derrière moi, il me pénétra à nouveau, de plus en plus fort. Sentant une douleur arrivée, j'essayais de le retenir poussant sur ses jambes. Mais il me prit par les avant-bras et se posa de tout son corps. Son bassin bougeait avec puissance. La douleur mêlée à l'excitation m'envahissait. Il s'enfonçait de plus en plus fermement, avec presque de la violence. Sa main droite me lâcha pour me claquer les fesses tandis que l'autre immobilisait ma tête.
Des " Ah oui…c'est bon…hummmmm… " sortaient de sa bouche. Ma respiration s'emballait. Ses assauts étaient en vitesse maximum, je sentais sa délivrance proche. Ses mains se crispaient sur ma chair rosée. Soudain, dans un cri de soulagement, il éjacula, les poins serrés sur mes hanches. Son corps était tout en sueur. Le souffle presque coupé, il me demanda si ça allait puis m'embrassa les fesses pour remonter au bas de mes reins…tendrement. Affectueusement, il me prit dans ses bras. Ses mains caressant mes joues, il embrassa chaque partie de mon visage tout brûlant des ébats passés. Ses lèvres étaient douces et humides.

" Maintenant, je viens bien m'occuper de toi " murmura-t-il à mon oreille. Il me porta jusque sur le lit. Ses doigts s'attardèrent alors sur chaque zone érogène de mon anatomie. Juste le frôlement de ses mains me faisait frissonner. La chair de poule parcourait mon corps. Sa bouche était savoureuse. Pendant ce moment délicieux et incalculable, il écarta doucement mes lèvres. Humidifiant ses doigts avec sa langue, il caressa mon clitoris tandis que son autre main vagabondait sur mon corps.
Grâce à des mouvements circulaires, il faisait monter en moi une chaleur indéfinissable. Je sentais petit à petit le plaisir s'exalter. Le temps s'était comme arrêter. Le visage juste au-dessus de mon pubis, il me sourit puis y plongea la tête. Ses doigts écartaient l'entrée de mon sexe et la pointe de sa langue cherchait à titiller ma crête. Puis il la lécha, l'aspira même. Parfois il la serrait entre l'extrémité de ses dents. Il avait déclanché un bien-être intense qui montait dans toute mon âme. Mon bassin ne pouvait s'empêcher de vibrer et de se cabrer, comme un cheval que l'on essaye d'apprivoiser…Je n'avais qu'une envie : qu'il me pénètre à nouveau…tous mes sens étaient en éveil. Ses doigts m'envahissaient pourtant je voulais davantage. Mon excitation était telle que mon vagin était béant d'appétit.
C'est alors qu'il me leva les jambes, se déplaçant sur moi. Le pantalon toujours à mi-cuisse, il s'enfonça tout en continuant un ballet avec ses doigts. Il voyait aux torsions de mon visage que ces touchés ne laissaient pas mon corps indifférent….bien au contraire. Il profitait donc de ces indices pour jouer à accélérer, ralentir…à son bon vouloir, ma jouissance montait et redescendait. Ce mélange de sensation finit par me faire atteindre l'orgasme tant attendu. J'en gémis de bonheur. Il continua afin que je parvienne à l'apogée de mon plaisir.
Epuisé, il s'allongea à mes côtés. D'un geste tendre, il me couvrit d'un drap soyeux et nous nous sommes endormis…

confession intime: Nuit spéciale