Toutes nos confessions:

Bennett dans la douche
Le cadeau d'Isabelle
La leçon d'equitation
L'héritage de mon cousin
A 32 ans
Jenny Latina
Enfin les vacances
Invitee a boire un verre
Societe de publicite
Experience lesbienne
Nuit spéciale
Les livres erotiques
Les obeses
Olivia la diablesse
Les vacances de Pamela
La cabine d'essayage
Le concert de hard
Le coup de la panne
Je suis gay et j'en suis fier
Secretaire perverse
La nuit de noce
L'escalier en queuelimasson
Couple ch H seul, le casting
La nympho des temps modernes
Un vol plutôt inattendu
Une partie de flipper
Ma femme et moi
Ma plus grande passion
Bouffe et sexe, quel melange
Pietinage par talons aiguilles
Plus loin, plus fort
Mon sejour en Floride

Confession 20 : Plus loin, plus fort




J'essaye tous les types de godes, longs, larges, vibrants, à main, gode ceinture, TOUS ! Mais ce que je préfère, ce sont les vibros fins et longs, légèrement striés. J'en possède six de ce type. Mon préféré est un blanc, il mesure 32 cm de long, c'est un ami qui me l'a fait sur mesure. Tous les soirs, je passe des heures à le caresser, dans mes mains puis entre mes seins, je le frotte de plus en plus fort pour qu'il me fasse des marques sur la poitrine. Puis je le rapproche de plus en plus vers mon sexe, je le passe de bas en haut et de haut en bas jusqu'à la pénétration. Je me l'enfile très doucement par de petits coups sensuels, je le ressort et le rerentre à nouveau. Au début, c'est près du bord mais il pénètre un peu plus loin à chaque fois.


La soirée c'est bien passée et j'ai trouvé très court d'ailleurs. C'est pour cela que la semaine d'après, je suis allé dans un club pendant mes vacances à Nice, pour une soirée SM. J'étais habillé comme une merde, cagoule latex, harnais à pointes, tout de cuir, et laisse en latex. Je rentrais à quatres pattes, accompagné d'une charmante maîtresse. Elle me faisait ramper au sol. Je me suis couché sur le sol et je lui servis de marche pied. Tout était décoré de barreaux, de chaînes et de barres métalliques. Elle me posa par terre, mis ses pieds sur moi et je lui lécha les talons aiguilles pour garder leur splendeur. Les gens dansaient et se pavanaient en me rabaissant, me piétinant. Certains me bavaient dessus et se servaient de moi pour essuyer leur sexe plein de sperme et de mouille encore chaude. Je ruisselais de douleur, de joie et de pourriture, l'extase assurée.


Parfois, on m'enfilait des barres en acier très longue dans le cul, j'avais mal mais c'était bon. Mon trou s'ouvrait et restait ouvert à force de se faire déchirer. Certaines personnes m'arrachaient les poils qui dépassaient de mon body et de mon harnais. Mais ce que j'ai le plus aimé, ce sont les talons qui m'appuyaient sur la poitrine, j'étais marqué sur le corps. Je bandais comme un fou mais ma maîtresse m'obligeait à garder mon calme. Elle me fouettait pour que je la respecte plus encore, pour que je ne lui manque pas de respect. Mais c'était trop dur, j'ai éjaculé et elle me força à tout lécher et à tout avaler. J'étais noir, sale et heureux.


La soirée fût longue et très chaude. Maintenant, je le sais. Mon truc, c'est la soumission, être un moins que rien. Un objet sexuel humilié et rabaissé encore plus à chaque fois. Auparavant, j'étais barman, maintenant je tiens une société. Je suis dirigeant et donc dominant le jour et un soumis à piétiner le soir, donc dominé. Je préfère les femmes aux talons aiguilles, bien aiguisés que les nanas avec des chaussures plates ou compensées, je trouve ça horrible. Et vous ?


le sex fist est partique en fist sex et developpe sur le sex fist fucking mais il se peut qu'elle soit sex free fist venement cependant certaine fist fucking sex de amateur fist sex la penetration au gode devient ainsi un gode penetration qui serait possible en cas de la penetration avec gode